LES ORIGINES

Imaginez aux XIV et XV ème siècles, un immense domaine qui s'étend alors de Saint-Menet aux Camoins, et détenu par la famille Diodé.

En 1457, Guillaume Cabofigue achète une majeure partie de cette propriété et cède la partie sud à Guillaume Reynard. Ce nom nous est quelque peu familier : en effet, c’est ce domaine voisin, érigé en fief en 1715, qui prendra le nom de La Reynarde en hommage à son premier propriétaire. Sur les terres restantes, cinq fois plus petites de La Buzine, se constituent résidences et exploitations agricoles. Le domaine passe de main en main sans changement notable jusqu'à la révolution française.

En 1667, le domaine est acquis par Henry De Buzens, un écuyer noble de Marseille. La mode à l'époque était de mettre son patronyme au féminin pour nommer un domaine: De Buzens a donc donné "La Buzine".

Plus tard, la famille de Flotte alors en possession de la bastide se voit confisquer son bien pour avoir émigré lors des événements de 1789, comme beaucoup d'aristocrates de l'époque. Au cours du Premier Empire, une descendante met un point d'honneur à réunir et acquérir les lots de ses aïeux, ce qu'elle parvient à terminer en 1815.

En 1865, la famille de Flotte perd définitivement sa propriété en la vendant à Pierre Hilaire Curtil. Cet architecte est alors à la tête de chantiers gigantesques sur Marseille (6000 ouvriers et 200 maisons construites quai de la Joliette, rue de la République, place Carnot, ...). Il rase l'ancienne bastide et sur ses fondations, fait construire le château actuel.

En 1869, dès les travaux achevés, Pierre Hilaire Curtil revend La Buzine à une riche famille d'armateurs. S'ensuit différentes cessions et reprises au fil des actes de ventes, dont on peut notamment retenir l'achat par Louis-Félix Pallez à Mme. Juliette Mantes, belle-soeur d'Edmond Rostand, en 1901. 

Louis-Félix Pallez dessine et ajoute en 1906 une extension à l'aile ouest dans laquelle il installe un salon de musique. La famille, férue de musique, y donnera à la Belle Epoque de nombreuses fêtes et concerts… tandis que la famille Pagnol traversait les différents domaines pour se rendre à La Treille, où le petit Marcel s’enivrait des saveurs de ses collines.

 

LA BUZINE, EMBLÉMATIQUE DES BASTIDES PROVENÇALES

Du XIVème au XVIII ème siècle, les premières bastides s'implantent à la limite du terroir. Ce sont surtout des domaines agricoles.

À la fin du XVIII ème siècle, la percée de boulevards et avenues rendent les liaisons avec le terroir simples et rapides. Les bastides, lieux de villégiature pour les bourgeois, négociants ou armateurs, tendent à devenir leur résidence principale. La percée du Canal de Marseille et l’apparition progressive des moyens de transports à moteur dès la première moitié du XIX eme siècle confirmera la tendance.

Les bastides se parent alors d'éléments plus luxueux et présentent une architecture ostentatoire, mélangeant des styles différents. La Buzine en est un exemple type en présentant d'un côté une façade de style Louis XIII et de l'autre une façade décrite comme « romano-byzantine ». 

En général, ces demeures sont situées au bout d'une allée boisée et orientée plein sud. Leurs jardins et les paysages constituaient un écrin que les propriétaires ont entretenu avec soin : ils engageaient rocailleurs et paysagistes qui, grâce à l'arrivée de l'eau, y exprimaient là tout leur art. 

 

ET LE PETIT MARCEL REVIENT À LA BUZINE

Au sommet de sa carrière, le réalisateur méditerranéen cherche un lieu assez vaste pour y construire de nouveaux studios. Alors en tournage à Paris, il confie la recherche d'un site et son achat à l'un de ses collaborateurs. À l'aveugle, Marcel Pagnol achète le domaine entier le 21 juillet 1941. Au moment de l'installation, il reconnaît dans La Buzine le château de la peur de sa mère qu'il décrira plus tard dans son roman éponyme.

Son projet est ambitieux: faire de La Buzine, un véritable « Hollywood Provençal », avec plateaux, logements pour toute l’équipe, ateliers, auberge, et un espace accessible à tous autour de la culture Méditerranéene et du 7ème Art…

 

GUERRES ET RAVAGES

En 1942, le Château est réquisitionné et devient sous l'occupation « La maison de repos du marin allemand ». L'évènement marque le début de la lente et inexorable détérioration du Château. À la libération, une patrouille de Francs Tireurs Partisans occupe les lieux avant de céder la place à une partie de l'État Major de l'Armée Française.

Successivement, le Château accueillera une infirmerie militaire, une compagnie de soldats, à nouveau l'armée, puis le Conseil Général de Pologne. Après quelques temps d'inoccupation, des réfugiés Espagnols y trouvent refuge et y habitent quelques années. Suite à leur départ, la demeure est devenue insalubre et inhabitable.

Marcel Pagnol vend le domaine et ses quarante hectares en 1973 au promoteur Kauffman & Broad. Un lôtissement de 249 villas est réalisé sur le "Parc des 7 collines" dès1982, lorsque Marseille donne son autorisation de construction; il ne reste de l'édifice de la Buzine qu'une ruine sans toit ni charpente qui se détériore rapidement. 

 

UNE SAUVEGARDE IN EXTREMIS

En 1991, une association se crée pour sauver ce qu'il reste du château abandonné au centre du lôtissement. Quatre ans plus tard, le château est racheté par la ville de Marseille et, dans la foulée, il est inscrit à l'inventaire des monuments historiques le 13 Janvier 1997.

 

RÉHABILITATION

« Sans être un archéologue du désir, ce projet est la rencontre intimiste qui peut se référer à son passé, mon passé. Reconnaître une filiation de vie, « d'enfants des collines » pendant la guerre, pour exprimer la concordance, la justesse des écrits que Marcel Pagnol nous a fait découvrir et partager… Nous avons tous des gènes de Marcel Pagnol ! » - André Stern, Architecte

Le projet de restauration du Château de La Buzine est le résultat d'un concours lancé en 2001 par la Ville de Marseille et remporté par le cabinet d'architecture et d'urbanisme Stern International.

La première pierre de la Maison des Cinématographies de la Méditerranée a été posée le 18 janvier 2007.

La façade Sud, caractérisée par une terrasse et un double escalier donne sur le parc. Du côté Est, a été mis en place une partie nouvelle enterrée et recouverte d'une terrasse engazonnée en amphithéâtre ; c'est une salle de cinéma de 345 places, à l'ancienne avec balcon et orchestre. Le niveau principal est le rez-de-jardin avec, au Nord, son hall d'entrée commun aux diverses activités. Les espaces d’expositions et de consultation et les bureaux de l’administration sont situés dans les étages.

 

Le Château de La Buzine remercie tous ses partenaires